Autoblog de sebsauvage.net

Ce site n'est pas le site officiel de sebsauvage.net
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de sebsauvage.net

Arrêtez de pleurer Google Reader: Hébergez un lecteur RSS chez vous

vendredi 15 mars 2013 à 18:15

Posterous a été racheté par Twitter qui va le fermer dans moins de deux mois. POUF! Plus rien. Même chose pour Feeddemon. Et Google a annoncé la fermeture de Google Reader au 1er juillet. Et d'un seul coup, tout le monde se réveille: Oh mon Dieu, qu'est-ce qu'on va faire maintenant ??? Bou-hou-houuuu...


Oh, non mais vous êtes sérieux, là ? Ça y est, c'est panique à bord ? C'est une blague, non ? Vous êtes à ce point dépendant d'une simple appli ?

Et quelles sont les solutions proposés en remplacement, massivement ? D'autres services fermés à base de logiciels privateurs. Et dans deux ans quand ils fermeront, ça sera le même cortège de pleureuses.

Rappelez-vous: VOUS ÊTES SUR INTERNET. Internet n'est pas un minitel dirigé par Google. N'importe quelle machine du réseau peut se transformer en serveur en deux minutes. On trouve des espaces d'hébergement gratuits ou payants à la pelle: Merde, c'est quand même pas la mort de prendre quelques minutes pour installer un lecteur opensource RSS sur votre espace web. Alors oui, ça va nécessiter un peu d'efforts: installation et changement des habitudes. Mais ça m'évitera d'entendre ce concert de geignards (Opera, Opera, pourquoi ton Unite a si brillamment échoué ??? C'était une idée de génie qui aurait pu réhabiliter le "serveur chez soi", même pour les neuneus.)

Pour les lecteurs RSS en ligne, ce n'est pas le choix qui manque (Bien sûr certains sont plus faciles à installer que d'autres).

Et j'en oublie sûrement.

Là au moins, personne ne viendra vous fermer le service ni même surveiller ce que vous lisez: Les données et l'application sont chez vous.

Arrêtez de pleurnicher et prenez vos applications et vos données en main !


Tant qu'on y est, deux lectures salutaires: Google et la webisation des intertubes, Google : la mise en place de l’aspirateur à données personnelles


EDIT: Et puisqu'il faut un exemple...

Source : http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2013/03/15/17/15/39-arretez-de-pleurer-google-reader-hebergez-un-lecteur-rss-chez-vous


Patate chaude

jeudi 21 février 2013 à 10:36

Bon allez, je réponds à l'appel d'Alda (mais je ne continuerai pas la chaîne -- j'ai une aversion envers les messages qu'on me demande de forwarder à X personnes.)


1. À ton avis pourquoi il y a moins de femmes chez les geeks, libristes, hacker et hardcore-gamers de tous bords qu’ailleurs ?

Je ne pense pas que la proportion écrasante de mâles soit spécifique à l'informatique. On retrouve le même genre de tendance chez les politiques, chefs d'entreprise ou chefs étoilés. C'est juste notre culture historique machiste que nous traînons comme un boulet. Si on croit progresser sur l'acceptation de l'homosexualité dans la société, il faut bien voir que les femmes sont encore traitées comme de la merde même de nos jours (Il suffit d'observer le comportement honteux des députés à l'assemblée nationale).

Et encore: Dans nos sociétés occidentales, malgré ces comportements à la con, on peut considérer que la femme est admirablement bien traitée par rapport à la majorité des pays de cette planète (où certaines se prennent de l'acide dans la gueule pour avoir osé apprendre à lire).

Ne jetons pas la pierre aux geeks/gamers: Je ne pense pas que ce problème leur soit spécifique. La société est lente changer, très lente.


2. Tu ne penses pas que parfois, il faut vraiment protéger les enfants ?

Oui, bien sûr, la question ne se pose même pas. Mais: de quoi, et comment ? Vaste question.

J'ai toujours eu naturellement tendance à protéger mes enfants, mais de la mauvaise manière: En leur évitant les risques au lieu de leur apprendre à les gérer. C'est une erreur (et merci à ma femme de me l'avoir fait comprendre). Par exemple, les produits ménagers, chez moi, ne sont pas sous clé: J'ai expliqué à mes enfants que c'était dangereux et qu'il ne fallait pas y toucher. Et il n'y ont pas touché.

Laissez-moi expliquer mon choix par un exemple: Des parents règlent leur chauffe-eau pour éviter que leurs enfants se brûlent s'ils mettent l'eau chaude à fond. L'intention est louable: Réduire le risque de brûlure. Et que se passera-t-il quand ils iront faire un tour chez papy-mamie ? Ils auront pris l'habitude de mettre l'eau chaude à fond et se brûleront. Le résultat est l'opposé de ce que était escompté. Qu'aurait-il fallut faire ? Leur expliquer les dangers et leur apprendre à les éviter eux-même.

Bien sûr il est hors de question d'exposer les enfants à des risques inutiles, mais c'est la même chose dans beaucoup de domaines: L'éducation est le seul salut. (Parce que nous ne serons pas toujours là.)

(Après, je n'ai bien sûr pas abordé d'autres problèmes plus graves, comme la violence envers les enfants.)


3. La liberté d’expression, jusqu’à quel point ?

Question intéressante. Quand j'ai commencé à m'intéresser à Freenet, j'ai voulu connaître les raisons qui ont motivé les auteurs de ce logiciel de P2P anonyme, et je dois dire qu'au début j'ai été choqué. Leur crédo ? La liberté d'expression doit être totale, sans aucune censure possible, sans quoi ce n'est déjà plus de la liberté d'expression. Vous trouvez cela extrême ?

Mettons que nous acceptons la liberté d'expression pour tous, sauf pour les discours xénophobes, car c'est inacceptable, on est bien d'accord. Là, vous censurez déjà quelque chose, selon vos critères. Et ce n'est déjà plus de la liberté d'expression. Et puis, de fil en aiguille, vous allez décider que la liberté d'expression ne devrait pas s'appliquer aux blagues contre les Juifs. Ni contre les noirs. Ni contre les femmes. C'est dégradant. Continuons: Certains se sentiront offensés par les gros mots, d'autres par l'image de quelqu'un dévêtu ou une juppe courte, d'autres par une caricature, d'autres par des tatouages... Jusqu'où faut-il aller ? Ça n'a pas de fin.

Dès que vous commencez à grignoter la liberté d'expression (qu'elle soit verbale, écrite ou artistique), même d'une miette, ce n'est déjà plus de la liberté d'expression.

Et puis empêcher quelqu'un de s'exprimer, c'est le forcer à trouver un autre exutoire qui ne serait sans doute pas meilleur (Dans le meilleur des cas, passer par d'autres canaux que vous ne verrez plus). Plutôt que de mettre des oeillières, laissons-les s'exprimer au grand jour pour mieux les contrer.


4. Qu’est-ce que t’écoutes pour commencer ta journée ?

J'aime le calme, le matin. La musique - ou pire: les infos à la radio - m'agressent. Une fois que je suis bien réveillé, je met mon smartphone en lecture aléatoire pour aller au boulot. Il y a de tout, selon mes humeurs :-)


5. Est-ce que Twitter, Facebook et Google ont gagné ?

Oui. Ils ont gagné. Ils ont réussit, au bon moment, à proposer des services pré-mâchés. Les nouveaux internautes, n'ayant aucune culture de ce qu'est et permet internet, s'y sont engouffrés en masse. C'est maintenant une prison inconsciemment consentie dont ces boîtes entretiennent soigneusement les murs d'enceinte et la déco. Une prison dorée où les hamsters se complaisent.

Comme je l'ai dit (je me cite, quelle feignasse !): « Il fut une époque où je croyais qu'en éduquant les utilisateurs, on pourrait leur apprendre à communiquer par leurs propres moyens. Je constate mon échec: C'est peine perdue. Cela n'intéresse plus personne. Les ex-facebook iront bouffer au premier râtelier centralisé pré-mâché qui succèdera à Facebook. Rien ne changera. »


Ce qui est moche, c'est que ces sociétés:

Malgré toutes les bonnes idées de décentralisation, l'avenir semble assuré pour la société de surveillance.


6. Est-ce que tu es pour ou contre la polygamie ?

La question n'a pas vraiment de sens. Pour ou contre l'homosexualité ? Pour ou contre les lits séparés ? Pour ou contre la cuisine au beurre ?

Je n'ai pas à juger des choix de vie des autres. Qui suis-je pour décider de la manière dont les autres doivent mener leur vie et être heureux ? Tant que cela ne rend malheureux personne, je ne vois pas où est le problème.


7. Quelle est la dernière série TV qui t’ai fait réfléchir ?

La TV ? Ce grand machin avec des images où on peut pas cliquer ?


8. La mémoire absolue, malédiction ou bénédiction ?

Malédiction.

Même si j'ai une mauvaise mémoire, je détesterais avoir une mémoire absolue. Déjà, je serais chiantissime pour les autres. Non sérieusement, vous détesteriez une personne comme ça dans votre entourage, non ?

Et puis l'oubli est un mécanisme cognitif nécessaire au fonctionnement du cerveau. Sans compter l'impact psychologique: Comment survivre si vous ne parvenez pas à oublier les moindres détails d'un traumatisme ? Ça serait une sacré malédiction.


9. Qu’est-ce qui te rend foi en l’humanité ?

Des actions ponctuelles que je peux voir ici et là, que ce soit le petit geste du quotidien d'un inconnu, ou les grands projets de personnalités brillantes qui veulent améliorer le sort de l'humanité (J'ai vu de très beaux projets chez TED, comme l'inventeur de cette bouteille qui filtre polluants et microbes de l'eau croupie, le projet d'accès global à la culture du fondateur d'archive.org, ou encore l'artiste JR qui ressoude des communautés défavorisées avec ses photos géantes).

C'est magnifique.


10. Si tu pouvais remonter dans le temps tu ferais quoi ? (Pro-Tip: Il y a une mauvaise réponse à cette question)

Je visiterais des époques incognito pour voir à quoi ressemblait leur style de vie, sans rien changer ! (Ce qui bien sûr est impossible puisque le simple fait d'y être changerait des choses :)

Ça serait passionnant: Visiter Paris dans les années 1900. Retourner au moyen-âge pour voir la vie quotidienne du peuple. Assister à des évènements historiques. Woua...


11. Qu’est-ce que tu voudrais faire dans l’immédiat ?

DORMIR !

Source : http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2013/02/21/09/36/35-patate-chaude


T'es trop jeune

lundi 18 février 2013 à 07:48

Anadrark pousse une gueulante contre les internautes qui portent un jugement basé sur l'âge. Et il a raison.

Et c'est là que j'aime bien internet. On dépeint souvent certains internautes comme des jeunes qui ont trop de problèmes de communication pour réussir à aborder autrui dans la "vraie" vie, et qui utilisent internet (et son absence de contact et jugement physique) pour s'en affranchir.

C'est une vue réductrice de ces internautes, et une mauvaise appréciation de ce trait particulier d'internet. Ce n'est pas une faiblesse du réseau, c'est au contraire une force, car qu'on le veuille ou non, dans la vraie vie nous avons tous des a prioris sur les personnes que nous rencontrons, que cela soit sur l'aspect physique, l'habillement, la couleur de peau, la gestuelle, le ton de la voix, la culture ou le milieu social. Vous pouvez toujours vous gargariser sur votre ouverture d'esprit: Dans les faits, vous ne pourrez pas vous empêcher d'émettre un jugement au premier abord, et il y a des personnes que vous aborderez plus facilement que d'autres.

Internet vous interdit ce jugement. Vous communiquez de but en blanc, sans avoir la possibilité de vous poser la question. Au mieux, vous vous forgerez une opinion en vous basant sur les réponses, la tournure des phrases, le vocabulaire utilisé ou parfois le pseudo.

D'ailleurs certains internautes débutants ressentiront ce manque et auront très rapidement le réflexe de demander l'âge, mais avec le temps vous apprendrez à ignorer ce paramètre. J'ai eu des discussions très enrichissantes avec des ados de 14 ans ou des pépé de 70 ans, et - oui - j'avoue que je ne les aurai sans doute pas abordés avec autant de simplicité si j'avais pu les voir.

Je trouve finalement formidable cette "anonymisation" des discussions: Cela vous oblige à une certain ingénuité, à perdre la charge émotionnelle dans votre abord de l'autre, un peu comme certains enfants qui perdent cette méfiance naturelle et entament une discussion avec un inconnu. Ce n'est pas une infantilisation des communications, mais une naïveté saine, une remise à zéro de vos préjugés avant d'aborder l'autre.


(Putain j'écris des trucs bien, des fois.)

Source : http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2013/02/18/06/48/41-t-es-trop-jeune


Retour sur ZeroBin

lundi 18 février 2013 à 02:35

Sur Twitter je suis tombé par hasard sur ça: « is there a way to search zerobin results by keyword? »
Cette question m'amuse beaucoup. Non, ce n'est bien sûr pas possible. C'est l'occasion de faire un petit retour sur ZeroBin:


Ça a été beaucoup d'émotions et de fun en très peu de lignes de code. Je vous recommande l'expérience: C'est jouissif d'être à la source d'autant de bordel avec si peu... mais de bordel constructif  :-D


Mise à jour 19 février 2013: Wilfried P. me pose une question par email, et voici ma réponse:

Je vois en effet de temps en temps passer des liens ZeroBin postés par les Anonymous.

Je pourrais effectivement décider de juger le contenu de ces pastes, et décider de les supprimer. Mais je ne le ferai pas, sauf sur injonction judiciaire. Pourquoi ? Je refuse de me porter en juge sur la légalité de ce qui est posté. De toute manière, quelle serait ma légitimité en la matière ? Je n'ai fait aucune étude de droit.

En plus de l'aspect "légale" il y a l'aspect "moral". Certaines opérations des Anonymous sont illégales, mais au contraire très morales (par exemple faire bouger les choses pour les viols dans l'Ontario). Dans l'autre sens, certaines entreprises font des choses qui sont parfaitement légales, mais franchement immorales... à mon sens.
Encore une fois, le jugement de la "moralité" d'une action est tout à fait personnel.

Ne m'estimant pas le droit de juger de la légalité et de la moralité de ce qui est posté (car cela serait un jugement tout à fait personnel et arbitraire), je préfère ne rien modérer du tout. Et j'ai créé ZeroBin dans ce but: Me poser en pur hébergeur de données, avec aucune possibilité d'y mettre le nez pour les juger.

Source : http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2013/02/18/01/35/23-retour-sur-zerobin


Le web est morcelé ? Merci le W3C !

mercredi 21 novembre 2012 à 10:18


Rhhâââ.... je déteste vraiment quand les sites web font ça. On se croirait revenu à l'époque des sites conçus pour IE. Mon navigateur ne supporte pas le «web audio avancé» ? Hein ? Ça ne serait pas - par hasard - parce que le site utilise le format MP3, et que Firefox et Opera ont refusé de payer la licence MP3 ? L'audio dans mon navigateur fonctionne très bien, merci.

Et à qui doit-ton cette pseudo-incompatibilité digne de la grande gueguerre Netscape/IE des années 90 ? Au W3C qui a décidé de ne pas imposer de codecs lors des comités de standardisation d'HTML5.

Voilà, maintenant on est dans la merde avec des sites qui ne marchent que dans tel ou tel navigateur. Bravo. Merci, le W3C, d'avoir contribué à morceler le web (C'est pas comme si Vorbis était gratuit, libre de droit, de meilleure qualité que le MP3 et existait de puis 12 ans.)


Résumé du support des codecs audio dans les navigateurs:
<style>table#table20121121 { text-align:center;border:1px solid #555; border-collapse:collapse; } table#table20121121 tr td { padding:5px 15px 5px 15px; } table#table20121121 tr td:first-child { font-weight:bold; } table#table20121121 tr:nth-child(even) { background-color:#eee; } table#table20121121 thead { color: white; background-color:#594E82; font-weight:bold; }
 
 VorbisMP3WAV
Safari xx
IE xx
Chromexx 
Firefoxx x
Operax x


Putain, Apple et Crosoft, vous attendez quoi pour supporter le format Vorbis ? (Ou même Opus, hein, vu que Microsoft a participé à la création de ce codec libre.)

Histoire de rigoler, voici ce que coûterait la licence MP3 à Mozilla:

La licence MP3 couterait au bas mot 56 millions de dollars à la fondation Mozilla. Meh. J'imagine bien que pour Apple ou Microsoft, 56 millions c'est un pet de capucin, mais il ne faut quand même pas pousser mémé dans les orties.


Attendez, ce n'est pas fini ! Maintenant ajoutez la même merde avec les codecs vidéo (H264, Theora, VP8...), et saupoudrez avec la scission W3C/WhatWG sur le standard HTML5, de diverses merdes sur les CSS, et les webmasters de la planète se préparent de jolis maux de tête dans les années à venir. Remarquez au moins on verra la mort de Flash et Silverlight, c'est déjà ça (à moins que Microsoft décide encore une fois de réinventer la roue (ActiveX anyone ?)).

Tous ces Apple, Google et Microsoft ont beau participer en grandes pompes aux divers comités du W3C, ça sonne un peu creu. Je doute sérieusement de leur volonté de standardiser et unifier le web. Ce n'est pas le W3C qui est en cause, mais certains de ses participants.

Je vais le redire: Certains participants du W3C œuvrent activement à construire et promouvoir un web qui ne fonctionne que dans leur propre navigateur.

Mozilla, Opera, vous avez toute ma gratitude pour vos efforts à respecter les standards et œuvrer à un web ouvert et qui marche bien chez tout monde. Mozilla et Opera bossent dans l'intérêt les internautes et webmasters, IE/Chrome/Safari ne marchent que pour leur gueule (portefeuille de brevets, écosystème, OS, marché). Et ce sont les webmasters et internautes qui vont en souffrir. Dommage, le web aurait pu être techniquement beau et unifié.


Ah ça, IE/Chrome/Safari peuvent bien se gargariser de leur respect des standards: En sous-marin, ils introduisent des fonctionnalités supplémentaires spécifiques et incitent les webmasters à les adopter, provoquant de fait un morcellement. Mais c'est pas de leur faute ! Eux ils respectent les standards. C'est la faute aux webmasters qui utilisent abusivement ces extensions de la norme (genre: -webkit-* en CSS).

...WAIT. Ce genre d'argument pourrait presque être crédible ci ces vendeurs ne faisaient pas une promotion massive de leur navigateur maison et de leurs fonctionnalités spécifiques, genre: chanson de Ok Go sponsorisée par Google Chrome, présentée sur un site ne marchant que avec Chrome, ou bien les Chrome Labs, Chrome Experiments ou carrément son Chrome Web Store qui ambitionne d'être à lui tout seul une plateforme de distribution et exécution de logiciels utilisant son Native Client qui ne marche... que dans Chrome.


Ou Apple qui arrive à afficher - sur sa page de promotion des standards du web - une jolie popup:


Chez Microsoft c'est à peine plus discret:



Quand ce n'est pas carrément un moyen de vendre son nouveau système d'exploitation (si vous n'utilisez pas notre nouvel OS, vous ne profiterez pas des nouvelles merveilles du web):

(La seule chose que vous avez sur la page de téléchargement d'Internet Explorer, c'est un gros bouton «Rencontrez Windows». Et après Microsoft nous gratifie d'une jolie publicité pour le nouvel IE, qui est soit-disant gratuit.)

Tout cela rappelle la grand époque:


Ou comment se la jouer "ouverture"/"respect des standards" tout en poussant à mort son propre navigateur, à son propre bénéfice.

Je dis et je le pense: IE (Microsoft), Chrome (Google) et Safari (Apple) sont toxiques pour le web. Je ne jouerai pas leur jeu en utilisant leur navigateur. En quelque sorte, je vote technologiquement. Et je vote pour un web ouvert. Prise individuellement, mon action peut paraître ridicule, mais comme dans tout vote chaque voix compte. Faites votre choix. Les machins qui brillent ou votre liberté technologique.


Donc, pour en revenir au site qui a provoqué mon ire (oui là depuis le début de l'article, je digresse), donc - disais-je avant de m'interrompre moi-même comme le faisait Desprogres1) - après voir lancé Chrome (agreû), j'ai essayé le site « The Infinite Jukebox »: Vous n'êtes pas encore lassé d'écouter votre chanson préférée en boucle ? Ce site peut réussir à vous en dégouter en créant une version de votre chanson qui joue indéfiniment. Par quel miracle ? En repérant les segments identiques dans la chansons et en y "sautant" aléatoirement. Ça marche plus ou moins bien selon les musiques, mais le concept est amusant. Vous pouvez uploader le MP3 de votre choix. (Le cercle représente la durée de votre chanson. Les lignes au milieu représentent des similarités détectées par le logiciel: L'application va donc faire aléatoirement des sauts vers ces segments quasi-identiques.)

Amusez-vous bien, et fuck IE/Chrome/Safari.


1) Je peux en rajouter une couche ou vous en avez déjà marre ?

Source : http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2012/11/21/09/18/39-le-web-est-morcele-merci-le-w3c-


Ma malédiction de développeur

mardi 20 novembre 2012 à 13:51

C'est un article de Maniac Geek qui m'a fait venir cela à l'esprit.

En tant que développeur et joueur depuis longtemps (30 ans, hein, quand même), j'ai un problème: Je finis par "voir" ou "ressentir" les mécanismes, la logique de fonctionnement des jeux à force d'y jouer (Et je ne suis probablement pas le seul). J'arrive à imaginer les algos utilisés, je traque instinctivement les glitchs d'affichage ou la cassure visible des polygones sur un objet pas assez tesselated, imagine les algos utilisés pour la génération procédurale et l'IA des ennemis ou devine le découpage des hitbox. Quand je regarde une vidéo, mon cerveau cherche instinctivement les artefacts de compression. C'est plus fort que moi.

Et du coup, à imaginer le travail des développeurs pour traiter tel ou tel point précis, ça casse un peu la magie. C'est ma malédiction.

C'est en partie ce qui fait que je joue moins à Minecraft qu'avant. J'y ai tellement joué et "ressenti" le jeu que la magie des premières explorations est éventée: Les algos - ou du moins leurs résultats - me sont devenus trop visibles. Je me suis même surpris à explorer des réseaux de caverne rien que pour essayer de trouver des formes atypiques, différentes de ce que le générateur procédural produit habituellement. J'en suis à explorer les extrêmes la courbe gaussienne. Doh ! Fichu cerveau.


Oh je ne dis pas: J'apprécie les graphismes d'un nouveau jeu, l'originalité de son gameplay et sa profondeur (ou son absence, le plus souvent). Ça peut passer agréablement le temps. Mais l'illusion ne dure jamais.

Du coup, je suis plus enclin à jouer à des jeux comme Dwarf Fortress qui sont d'une complexité ahurissante, ou des jeux où qu'il faut maîtriser progressivement (Urban Terror, Dustforce) mais ces genres de jeux nécessitent un certain investissement de temps que je ne peux plus me permettre.

Si quelqu'un décide un jour de faire un mashup de Minecraft (pour sa 3D, sa génération procédurale et son accessibilité) avec Dwarf Fortress (pour sa formidable profondeur de jeu), je n'aurai qu'une chose à dire:


Source : http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2012/11/20/12/51/29-ma-malediction-de-developpeur


Les DRM tuent la culture

lundi 22 octobre 2012 à 15:43

Encore une semaine qui passe, encore exemple d'oblitération de la culture par les DRM: Cet utilisateur de Kindle a vu la totalité des livres qu'il avait achetés soudainement disparaître de son Kindle (livre électronique d'Amazon). Ils ont été effacés à distance par Amazon.

La justification d'Amazon ? Son compte serait lié à un autre compte qui aurait violé les règles Amazon.

De quel compte s'agit-il ? En quoi est-il relié à son compte actuel ? Quelle règle a été violée ? Amazon refuse de répondre. On se retrouve comme face au géant Google: Un mur. Et aucun recours.

Les DRM ne protègent pas la culture, ils la tuent.

Que ce soit dans des livres, des films, des musiques ou des logiciels, refusez les DRM.


EDIT 24 oct.: Amazon a discrètement fait machine arrière, sans doute parce que ça commençait à faire trop de buzz (après lui avoir gentiment dit d'aller acheter ses livres ailleurs). Le problème des DRM reste entier.

Source : http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2012/10/22/13/43/54-les-drm-tuent-la-culture


Et Orange enterra la neutralité du net

jeudi 11 octobre 2012 à 20:20

EDIT: (De l'intérêt de ne pas publier trop vite): Orange publie un démenti (voir aussi chez Clubic): Le site "La lettre A" aurait mal interprété les propos d'Orange. Il s'agirait de l'offre "Préférence" d'Orange... ce qui n'exclue pas la présence du DPI malgré les dires d'Orange.

Je n'ai jamais été fan d'Orange, et mois après mois ils me donnent des raisons de ne jamais aller chez eux.

Cette image circule sur le net depuis des années. C'est une (sinistre) blague sur la neutralité du réseau, une fiction sur ce qui se passerait si la neutralité du net était brisée.

Et bien il semblerait qu'Orange s'oriente exactement vers cela pour ses connexion ADSL. Imaginez: Vous avez un abonnement standard. Vous voulez des débits tolérables sur YouTube ? Payez un supplément. Vous voulez utiliser Skype et faire de la VOIP ? Payez un autre supplément.

Dit autrement, Orange pourrait vous facturer le droit d'accéder (décemment) à des sites web et d'utiliser des technologies qui ne lui appartiennent pas. Le rêve de tous les FAI véreux. (Encore une fois, cette information est à mettre au conditionnel.)

Et avec quelle technologie ? Avec du DPI bien sûr. Après avoir nié l'avoir déployé sur son réseau, Orange admet maintenant que c'est grâce à cette technologie qu'il pourra vous vendre son accès internet bridé. Et histoire de faire dans le glauque, ils utilisent des équipements de la société Qosmos qui s'est déjà rendu célèbre pour avoir vendu son matériel de surveillance à des dictatures.


Plus que jamais: Il y a internet, et internet par Orange.


Notez que les autres FAI ne sont pas forcément plus glorieux sur le sujet: Même s'ils n'en sont pas à ce niveau, ils brident les débits sur certains sites ou protocoles (par exemple YouTube chez Free).

Je pense qu'au final, prendre un VPN à l'étranger vous permettra peut-être d'avoir de meilleurs débits... à moins bien sûr qu'ils brident par défaut tous les protocoles de VPN. C'est moche, c'est très moche.


EDIT 15 oct. 2012: Pas de DPI chez Orange ? Vraiment ?

Source : http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2012/10/11/18/20/35-et-orange-enterra-la-neutralite-du-net


L'hypocrisie d'Apple

vendredi 5 octobre 2012 à 17:25

Apple a forcé un enseignant à retirer le mot "Libre" d'un ouvrage gratuit qu'il avait publié pour l'iPad.

Apple, GROS HYPOCRITE. Le cœur même de ton iOs et de ton MacOSX est du logiciel libre, bordel (noyau Mach + composants BSD).

Tu as vu la quantité de logiciels libres qui entrent dans la composition de MacOSX ?: Apache, autoconf, awk, bash, bc, BerkeleyDB, bind9, bison, bsdiff, bzip2, clamav, cron, cups, curl, cvs, emacs, fetchmail, gdb, gnudiff, gnuzip, gnumake, gnutar, grep, groff, hunspell, libpng, libjpeg, libxml2, man, nano, ncurses, netcat, OpenSSH, pcre, perl, postfix, PostregreSQL, procmail, Python, rsync, SpamAssassin, SQLite, subversion, tcl, tcpdump, vim, zlib...

Ça va, ça t'en touche une sans bouger l'autre de refuser le simple mot "libre" sur un livre ?


Meh.

Source : http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2012/10/05/15/25/36-l-hypocrisie-d-apple


Héberger des vidéos sur son propre serveur... sans le tuer

mercredi 3 octobre 2012 à 14:07


YouTube censure à tour de bras:

Il faut sérieusement réfléchir à héberger ses vidéos soi-même. (Mitsukarenai est un expert sur le sujet, alors ma petite diatribe du jour va sûrement le faire sourire.)

Seulement voilà, héberger soi-même des vidéos pose des problèmes épineux:


J'ai fini par trouver une solution très simple et qui ne tue pas votre serveur. Voici comment procéder:

  1. Encodez vos vidéos en WebM et MP4, et placez-les quand même sur votre serveur.

  2. Ajoutez un fichier .htaccess pour servir les vidéos avec le bon type MIME:
    AddType video/mp4 .mp4
    AddType video/webm .webm
  3. Prenez le lecteur opensource Video.js: Il utilise HTML5/balise video et javascript pour lire la vidéo WebM. C'est très simple:
    <script src="http://www.sebsauvage.net/rhaa/video-js/video.js"></script>
    <script>_V_.options.flash.swf = "video-js/video-js.swf";</script>

    <video id="test_video_1" class="video-js vjs-default-skin" controls preload="none" width="854" height="480"
           poster="http://mondomaine.com.nyud.net/videos/video1_miniature.jpg" data-setup="{}">
        <source src="http://mondomaine.com.nyud.net/videos/video1.webm" type='video/webm' />
        <source src="http://mondomaine.com.nyud.net/videos/video1.mp4" type='video/mp4' />
    </video>
  4. Si le navigateur ne supporte pas WebM ou HTML5, Video.js bascule sur Flash et MP4, ce qui assure une compatibilité avec pratiquement tous les navigateurs.

  5. Comme vous pouvez le voir dans les balises source, ajoutez .nyud.net au nom de domaine dans les URLs de vos vidéos.

C'est tout: Video.js vous assure que le lecteur marchera dans pratiquement tous les navigateurs. Les navigateurs supportant HTML5+WebM l'afficheront directement (Firefox, Opera, Chrome...), les autres (Safari, IE...) se rabattront sur MP4 (soit en HTML5 aussi, soit via Flash).

Vous avez remarqué le ".nyud.net" ? Par le simple fait d'appeler votre vidéo à travers cette URL, le CDN CoralCache ira lire une seule fois la vidéo de votre serveur et la répliquera dans le monde au fur et à mesure qu'elle est consultée. Plus de problème de bande passante: Ce sont leurs serveurs qui fournissent la vidéo, et non le vôtre. Et plus de problème de débit non plus: Avec 300 serveurs répartis dans le monde, même des internautes éloignés pourront lire la vidéo sans coupure. (CoralCache est gratuit depuis 8 ans et sans contrepartie.)

Accessoirement, cela fait la nique aux limites de débit posées artificiellement par les fournisseurs d'accès sur des sites comme YouTube (coucou Free, coucou Orange).

Petit bémol de cette solution: Les fichiers sont limités à 50 Mo. Au delà de 50 Mo, CoralCache ne fait plus office de cache et renvoie vers votre serveur en direct.

Voilà le résultat (j'ai mis la vidéo du trailer du jeu Dustforce - me gusta).

<link src="http://www.sebsauvage.net/rhaa/../test_video/video-js/video-js.css" rel="stylesheet" type="text/css"> <script src="http://www.sebsauvage.net/rhaa/../test_video/video-js/video.js"> <script>_V_.options.flash.swf = "../test_video/video-js/video-js.swf";


Très simple à mettre en place, compatible (pratiquement) tous navigateurs, vous gardez le contrôle de l'hébergement de la vidéo, ça ne tue pas votre bande passante et ça assure un bon débit n'importe où dans le monde. Chouette, non ? Avec ça, on a plus vraiment besoin de YouTube pour publier ses vidéos... à part un peu d'espace sur son hébergement. Il est reste quand même la facilité de publication sur YouTube et ses petits outils (commentaires, stabilisation de vidéo, plusieurs résolutions de vidéo fournies, etc.) qui peuvent faire préférer ce dernier.

Quant à la liberté d'expression, jusqu'à présent je n'ai jamais vu CoralCache censurer quoi que ce soit. Au pire, le risque est que votre vidéo soit illisible si le domaine nyud.net est bloqué, mais ce n'est pas pire que YouTube. Au moins la vidéo est (virtuellement) "chez vous".


De rien, ça me fait plaisir :-)


EDIT 5 oct.: Et crotte, je viens de m'apercevoir que CoralCache, pour le moment, ne met en cache que les fichiers de moins de 50 Mo. :-/ Flûte. Si le fichier fait 50 Mo ou plus, il y a une redirection transparente vers votre site (avec un ?coral-no-serve dans l'URL). Ils sont en train de travailler à une manière plus efficace de mettre en cache les gros fichiers.

Source : http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2012/10/03/12/07/39-heberger-des-videos-sur-son-propre-serveur-sans-le-tuer